jeudi 20 février 2014

Ralentisseurs de crues. M. Jambou précise - Quimperlé - Le Télégramme

Ralentisseurs de crues. M. Jambou précise


Marcel Jambou, président de la Commission locale de l'eau (CLE) du Sage, souhaite réagir après notre article d'hier matin sur les crues. « L'étude avait pour objet », écrit-il, « d'examiner l'opportunité d'envisager des ouvrages de retenue temporaires dits " ralentisseurs de crues " sur le bassin-versant pour éviter les crues les plus fréquentes. Elle a abouti à considérer que deux sites seulement peuvent présenter un certain intérêt, mais limité, l'un sur l'Inam l'autre sur l'Isole ». « Ce sont les conclusions de cette étude », poursuit-il, « qui ont été validées par la majorité des membres de la Commission locale de l'eau, et je confirme donc qu'aucune décision n'a été prise quant à la construction des retenues en question ». « Par ailleurs », dit-il encore, « la commission, à l'unanimité, a souhaité que les réflexions se poursuivent et s'intensifient par l'élaboration d'un Plan d'actions de prévention des inondations (Papi), outil de contractualisation entre l'État et les collectivités qui doit permettre de mobiliser à l'échelle du bassin, tous les leviers de la gestion du risque inondation et les moyens financiers nécessaires. C'est dans ce cadre notamment que les effets des récentes inondations seront pris en compte et que tout un panel d'opérations ambitieuses sera défini ». Note de la rédaction : Le Télégramme n'a pas écrit qu'une décision formelle avait été prise concernant la création de ces ralentisseurs.
 
Effectivement l'étude ne le préconise pas , elle est même très réservée sur le sujet.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Merci de vos précisions... il semble en effet que cela permettrait de diminuer de 10 à 15 cm l'effet des crues...
Pas de quoi solutionner grand chose, souhaitons que la problématique des pratiques agriculturales
en amont soit abordée, qu'une réflexion sur la taille des parcelles sur ce paysage en pente, la suppression des haies, des talus, l'impact des drainages, de la disparition des zones humides ainsi que l'imperméabilisation des sols ne soient pas occultés...

Enfin l'épisode du barrage de Guerlédan en côte d'alerte début février doit mettre en lumière l'inconscience de la politique des barrages...

Merci de vos infos...



Bien cordialement.

Eog.

Anonyme a dit…

Une dernière chose, à ce sujet article très intéressant sur le site d'Eaux et Rivières de Bretagne...

Cordialement.

Eog

Padrig MONTAUZIER a dit…

Je pense que Eog a bien résumé l’aberration que constituerait la construction de tels ralentisseurs/barrages. Le barrage de Guerlédan n'a servi à rien et le Blavet a inondé Pontivy, même chose avec le barrage sur l'Arguenon qui a inondé Plancoët.... Si l'homme n'avait pas saccagé son environnement nous n'en serions pas là. Mais il faut néanmoins savoir qu'il y a toujours eu des crues de l'Ellé....

Publier un commentaire

Si vous voulez poster une vidéo youtube ou une image dans votre commentaire , utilisez :
[img]URL de votre image[/img] et
[youtube]URL de votre vidéo youtube[/youtube]